Une erreur est survenue dans ce gadget

mercredi 13 février 2013

Prologue et Belvédère : quels liens ?


.
.
Je m'étais posé la question il y a quelques temps déjà (en 2011) des liens entre Belvédère et Prologue.

Or dans cet extrait de vidéo de l'AG avortée d'hier, KT indique que le sujet Prologue serait abordé "après" : quels sont les rapports entre les deux ?  Ce n'est certainement ceux cités dans le post ci-dessus, puisqu'une autre AG a eu lieu entre-temps.  QUID ?

.

7 commentaires:

  1. Je pense que le lien se situe dans l'ancienne affaire où JR avait été condamné par l'AMF pour délit d'initié avec sa société "La Financière du Vignoble". A ce propos, j'aimerais bien savoir où on en est de cette société mise en LJ il y a un an.
    Quand je lis que ce dernier se place en chevalier blanc alors qu'il a été condamné deux fois par l'AMF et une fois par la cour de Justice de Londres (15 millions d'euros solidaire avec KT). Si on rajoute l'affaire des 20 millions perdus dans une banque d'un paradis fiscal, cela fait beaucoup. On se demande bien ce qu'il faisait là d'ailleurs. Il faudrait que NM en parle à Montebourg, cela l'amusera certainement.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne crois pas : cette condamnation est antérieure à mon post de 2011, et si problème il y avait, cela aurait largement eu le temps d'être abordé lors d'une AG en 2012. Pour les " 20 millions perdus dans une banque d'un paradis fiscal", je ne vois pas de quoi tu parles, ou j'ai oublié ?

    Son fils est administrateur de Prologue,selon ce que vient de dire un intervenant sur Boursorama, et je comprends encore moins les rapports entre BVD et Prologue.

    RépondreSupprimer
  3. Vous devriez rajouter un onglet "deprimant" en lieu et place de nul/je sais pas lire...
    (PS: les "20 millions" c'est Maple Leaf aux iles Caiman en 2009)

    RépondreSupprimer
  4. Avis de sanction par l'AMF a l'encontre de M. Jacques Rouvroy, en autres pour manipulations de cours:
    http://www.amf-france.org/documents/general/10074_1.pdf

    RépondreSupprimer
  5. Pour les 20 millions, c'est un titre de banque qui avait été placé (je crois à Trinidad et Tobago) quand BVD était en affaire avec CL Financial (qui était immatriculé dans ce pays)au moment de l'achat de MB et qui ont été perdus quand la crise de 2008 a liquidé un certain nombre de banques. Le gouvernement de T et T s'était engagé à faire son possible pour rembourser les perdants, mais cela ne s'est jamais fait. Quand la question avait été un jour posé, la réponse était que l'affaire était comptablement close car inscrite au bilan et que tout était en règle. En fait une belle façon de mettre son mouchoir dessus.
    Pour ce qui est de Prologue je te donne ce lien qui montre bien que le groupe familial Rouvroy est partie prenante et que cela s'est fait avant son départ de BVD et la mise en LJ de la Financière du vignoble.
    http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/prologue-le-groupe-familial-rouvroy-a-27-4-du-capital-59430

    RépondreSupprimer
  6. @amidusite : pour l'AMF, ok, c'était déjà signalé dans le post initial. Maple leaf, je ne me souvenais pas qu'ils avaient tout provisionné :( Si même les paradis fiscaux ne sont plus solvables, où va-t-on ?

    Pour en revenir à Prologue, cela signifie donc que Rouvroy a vendu la majeure partie de ses titres à SVI qui détenait 21.9% du capital à septembre 2010. En oubliant de déclarer le franchissement de seuil pour les deux. Puis les a racheté en mars 2011 ("sur le marché").
    (Pour la financière du Vignoble, qui était une holding quasi-familiale, c'est moins gênant).

    Mais de quoi ces gens-là voulaient-ils parler à l'AG ? Puisque l'opération a été faite en 2011, on devrait en retrouver une trace dans les conventions réglementées 2011 (Non?)

    Mais pour 2012? C'est quoi le problème ? Ils contestent deux ans après le montant de la transaction effectuée "sur le marché" ?


    En passant, un truc marrant. SCI, filiale de BVD, qui conteste leur droits de vote aux actionnaires pour cause de non déclaration des seuils, a fait la même boulette.

    RépondreSupprimer
  7. Sur l'histoire de CL FInancial, BVD avait effectivement placé 25 millions d'euro sur un billet de trésorerie dans la Clico Investment Bank, filiale de CL FInancial qui était alors en passe de devenir actionnaire majoritaire de BVD (tiens, encore une convention entre la société et ses actionnaires...). CL Financial ayant fait faillite quelques mois plus tard, ce qui avait entraîné la suite des évènements (Papy Rouvroy s'était engagé à reclasser les actions BVD détenues par CL Financial, mais faute d'acheteur les avait fait acheter par BVD itself, ce qui avait entraîné le breach du covenant sur l'autocontrole).

    Hop, 25 millions envolé

    RépondreSupprimer

Vous pouvez poster ici vos commentaires, questions ou réactions. Si vous citez des faits, pensez à indiquer vos sources. Merci d'indiquer un nom ou pseudo en choisissant "nom/url" dans la liste déroulante. Le site est modéré.