Une erreur est survenue dans ce gadget

lundi 30 novembre 2009

Ils ont recommandé Golog : STRATEGE

A lire sur http://stratege.blog.boursier.com/golog-quand-la-rumeur-l-emporte-99340-1.htm, cela vaut son pesant de cacahuètes, surtout quand on se souvient que Golog a été suspendue dès le 18 juillet 2009. Et qu'on attend toujours désespérement la plainte contre le méchant Glimbard, qui daterait de janvier...

Et pour ceux qui commencent à décoder les techniques d'enfumage : quelqu'un qui répond à de vraies questions en postant un communiqué du blogagolog, cela ne vous rapelle personne?

mardi 17 novembre 2009

Attention! Re-voilà la cinquième colonne!

.
.
"Synchronicité" aurait dit un pitbull méphistophélien de mes connaissances. A deux jours d'intervalle, après que Golog se soit permis une très déplacée leçon de morale dénonçant ses critiques comme faisant partie de "la cinquième colonne", Nanard Ze Globeur s'y met aussi. A propos de Right People, cette fois. Right People, paipite émerite élue au panthéon SITLéïen de Madame Irma, et auparavant forcément encensée par le blog de Nanard. Paipite qui, introduite le 23 juillet sur le ML au cours de 4,90 euros, a bénéficié le même jour d'un article dythirambique sur le blog à Nanard, faisant état d'un Business Plan "conservateur" avec une multiplication par 1.000 du chiffres d'affaires à un horizon de 7 ans.

Làs! Le 19 septembre de la même année, Nanard titrait "Right People, bientôt le reprise de cotation". Comment ça, bientôt la reprise de cotation? Un mois et demi après sa cotation en Bourse, il y aurait eu suspensation de cotation? Problème technique ponctuel sur Euronext?

Que nenni. Probablement dans l'esprit de battre tous les records (par déduction, la valorisation de Right People, conceptuellement supérieure aux autres réseaux existants, pouvait dépasser celle de Facebook, estimée sur le même blog à 15 milliards d'euros), Right People a commencé par un petit record personnel inédit : le 29 août 2008, soit un mois et six jours après son introduction en Bourse, le cours était suspendu. Pour cause d'augmentation trop forte du cours pendant ces quelques 23 jours ouvrés. Qui est monté jusqu'à 9,85 euros, le dernier jour de sa cotation. Il était où, le problème? Et bien dans sa grande sagesse, le PDG a estimé qu'au vu d'une telle hausse, certains actionnaires auraient pu être tentés de vendre, afin d'empocher une solide plus-value à très court terme. Et cela aurait fait quoi, si ces actionnaires se mettaient à vendre? "Trop de papier émis par la société, et susceptible de revenir sur le marché". Ce qui aurait inévitablement entrainé une chute brutale du cours. Et donc risque de moins-values pour les petits actionnaires. Dans sa toujours très grande sagesse, le PDG a donc estimé nécessaire de lancer une augmentation de capital de 4 millions d'euros, afin de trouver une contre-partie aux ventes prévisibles de ces petits actionnaires. Rappelons tout de même, que, le jour de l'introduction, c'est un total de 3.859 actions qui ont trouvé preneurs, sur le total des 9.600 proposées. Soit quand même la somme faramineuse de 40.000 euros.

Nanard a immédiatement compris l'enjeu de cette suspension, qui devait se terminer aux alentours du 24 septembre ou du 4 novembre :
Si l’on a investi dans une telle société, ce n’est pas pour s’en aller au bout de quelques mois. N’ayons pas peur de gagner gros. Sur le ML il y a de nombreux autres exemples. Il faut bien compenser nos pertes d’autres dossiers


Bon, la recotation ne s'est pas faite pour le 4 novembre. Et le 11 janvier 2009,Madame IRMA rassurait encore les impatients demandant à ce qu'on leur rende leur argent :
Vous demandez la recotation, mais ... si la société recote et que personne n'est à l'achat, ça sert à quoi ??? Autant qu'elle recote lorsqu'il y aura des annonces, comme LE lancement de la plateforme de recherche de personnes Right People (annoncé initialement dernier trimestre 2008, donc oui, je suis allée hier au x nouvelles pour savoir quand il aura lieu) et surtout ... l'entrée au capital d'un VC (Venture Capital) qu'ils sont en train de rechercher activement.
Vous n'êtes pas sans savoir que c'est dur en ce moment pour boucler une AK ?

Nous en avons déjà parlé ici même, investir dans une start up est un engagement LT, encore plus pour une start up comme Right People. Quand j'investis sur une société, c'est pour y rester au moins 2 à 3 ans. Vous le voyez bien sur mon site, aucun changement, aucune rotation de portefeuille ...
N'investissez pas au ML si vous avez une logique court terme.


Oui, je sais. Passage déjà cité ici, quand on mettait en parrallèle la position de notre Elsève/Séverine de service, et celle de Palmer à propos de la cotation de Golog. C'est juste pour les nouveaux.

Bref, au 16 novembre 2009, Right People ne recote pas. (On vous passe toutes les resucées de vidéos prometteuses d'un PDG proposant une AK à une semi-foule en extase).

Pourquoi je vous reparle de tout ça? Ah oui, à cause de la "5ème colonne".

Figurez qu'un des bashers de service s'est permis d'émettre des questions impertinentes sur le forum Boursorama dédié à Right People. In Vino. De notoriété publique selon la mémoire Ghologhienne, ce ne serait qu'un RMISTE divorcé et alcoolique truandant son patron du CAC 40. Et en plus, ce sale basher, quand le patron de Right People en personne s'est déplacé sur le forum Bourso de la même société, il a fait preuve de la plus grande des lâchetés. Savez-vous ce qu'il a osé répondre? "Non merci, Monsieur, un échange par mail entre vous et moi ne me convient pas, je préfèrerais des réponses publiques à mes questions publiques".

Ooooohhhhhhh: Le grand lâche! Quoi? Ce RMIste salarié du CAC40 n'a pas le courage de s'expliquer par mail privé, et préfère émettre ses posts critiques au grand jour? La preuve que, comme tous les autres critiques, il n'est qu'un lâche.

Et son attitude est tellement incongrue qu'elle ne peut que participer d'un mouvement sous-terrain, organisé en vue de discréditer la masse des entrepreneurs visionnaires et courageux qui se lancent sur le ML. CQFD. Et donc, notre Nanard national, au mieu de s'excuser auprès des actionnaires qu'il a aussi imprudemment emmené dans cette galère, trouve à son tour (tout seul?) l'argument choc :

La 5ème colonne.
"Je vous ai parlé plusieurs fois de ces forumistes de Boursorama qui entreprennent une opération de dénigrement et de déstabilisation d’une société en s’attaquant à son activité et à ses dirigeants.
Ce sont des gens intelligents, très bien organisés et qui mélangent le vrai et le faux pour paraître crédibles.
Qui sont-ils, pourquoi font-ils cela ?
Ils sont comme « une 5ème colonne » financière.
Ils se sont attaqués à Golog, puis à Mobilegov et récemment à Right People."

Ouf. Depuis le temps qu'on attendait l'historique trilogie de l'alliance entre juifs, francs-maçons et communistes, saluons cette créativité commune à Golog et Nanard : la 5ème colonne. Parce que de toute évidence, le terme de bashers n'a pas réussi sa percée à connotation négative. "La 5ème colonne", c'est plus fort. Surtout pour les lecteurs qui ne savent pas de quoi il s'agit......

Vous savez, vous, d'où vient cette expression? Moi, j'ignorais. Avec cette inculture crasse qui ne me permettait pas de savoir que "até", en brésilien, cela veut dire "jusqu'à", cette inculture toujours crasse qui ne me permettait pas de répondre à un "Vae Victis" : "Morituri te salutant", même problème pour la cinquième colonne. J'ai été à la pêche. Et voilà l'histoire:

Lors de la dernière guerre civile en Espagne, en 1936, les franquistes disposait de 4 colonnes pour attaquer Madrid. Pas assez. Alors, Acte 1, pour impressionner "l'ennemi", ils ont fait courir le bruit qu'une cinquième colonne, était déjà à l'oeuvre dans Madrid. Histoire que leurs victimes potentielles se concentrent surtout pour lutter contre cette 5ème colonne, et oublient les 4 autres, bien réelles celles-ci. Les débuts de la guerre psychologique. Manque de pot, cela n'a pas marché. Alors pourquoi l'expression est-elle restée? Acte 2. Parce que 4 ans après, alors que l'armée était finalement en déroute, quelqu'un a eu une idée de l'explication : "on a perdu parce que la 5ème colonne nous a vendu". Et comme il faut bien trouver un coupable, l'explication s'est imposée. La défaite de l'armée, c'était la faute à la 5ème colonne.

Mesdames et Messieurs les "Bashers", cela ne vous rappelle rien? Si Right People ne recote jamais, si ses actionnaires sont dans la mouise, c'est la faute de In Vino, représentant de la 5ème colonne. Si Golog fait faillite demain, cela sera encore de la faute de la "5ème colonne". Qui n'a jamais existé, certes. Pas plus que les bashers. Mais peu importe. L'essentiel est d'avoir un coupable. Et puisqu'il faut des noms, si on disait jam.tomp, In Vino, Th.Blond, Deuxtroy, Raguen, Pintovic....? C'est pas une idée qu'elle est belle?

Et bien voilà, actionnaires de Right People et Golog réunis. Vous savez enfin qui est responsable de vos pertes financières. Ce ne sont pas les dirigeants, surtout pas. Vous auriez pu essayer de vous défendre, poser des questions, exiger.... Non, c'est la fôte aux bashers de la 5ème colonne, au club des Ghoghols'Hunters réunis. Et contre ces forces obscures, il n'y a rien à faire. Rassurant, non?

En tout cas, un grand merci à la responsable de com de Golog pour ce superbe concept, qui a permis à l'actionnaire moyen de se cultiver un peu, à défaut de préserver ses économies.

Sources :
L'avenir brillant de Right People sur le blog à Nanard, avec la "patente" étasunienne, le BP du feu de Dieu, et tout et tout....


Première réassurance sur une proche recotation



La 5ème colonne qui s'en prend odieusement à Right People, par Nanard



La 5ème colonne, vue par la chargée de com de Golog



Une bonne raison de ne pas coter une action cotée en Bourse, par Mme Irma, alias Elsève, alias Séverine


Une bonne raison de ne pas coter une action côtée en Bourse, par notre bon Palmer (Le post d'origine n'étant plus dispo sur BRS, copie de la citation d'origine)

vendredi 13 novembre 2009

Quand la direction de Golog se permet de donner des leçons de morale

Deux posts parus ce jour, sur le blog de Golog France.

Dans le premier, « Communiqué Financier », on y apprend que le capital social de Golog Holding est augmenté :
« Ce nouveau capital social résulte de la création de 812.573 actions nouvelles, directement assimilables aux actions anciennes, émises au prix de 2.15€, (soit 0.10€ de valeur nominale et 2.05€ de prime d’émission). »

La question majeure, quand on sait la situation de trésorerie chancelante de Golog, et les « incidents techniques indépendants de la volonté d’un des actionnaires » lors de l’AK, c’est-à-dire le montant de trésorerie réellement apporté par cette AK, n’y est pas repris. Dommage. Admettons un instant que, conformément à l’avant dernier communiqué, 1,7 millions aient été souscrits en cash, sans prêt-relais sur un compte-courant. On ne connaitra donc ce montant essentiel que lors de la prochaine AG, dont la date devait être indiquée en même temps que le résultat de l’augmentation de capital, mais qui par un facheux concours de circonstances, n’a pas été rappelée. Attendons donc, comme d’habitude.

Le second communiqué, lui, se pose en donneur de leçons. Sous le titre :
Liberté de parole ou liberté de nuisance ?

De plus en plus, la presse généraliste s'interroge sur la libre expression des détracteurs dans les forums et autres "crachoirs" publics. L’internet est merveilleux pour cela, assourdissant, comme des acouphènes. Golog en a subi sa large part. Ce qui est écrit reste, pendant des années, accessible par n'importe quel moteur de recherche, sans que l'accusé puisse apporter une réponse bénéficiant du même écho persistant
.

Très juste, le titre. C’est une question qui me démange depuis que j’ai vu s’abattre sur les forums financiers tous les ardents défenseurs de Golog, à qui on n’avait rien demandé, d’ailleurs. Des thuriféraires de la liberté de parole, qui ont posté et repostés, jusqu’à écoeurement des lecteurs, des posts insipides à la gloire supposée de Golog. Qui ont organisé une censure en règle sur Boursorama, l’un des forums les plus fréquentés. Sans compter une direction de Golog qui, pour mieux museler les velléïtés de critique, a annoncé avoir porté plainte contre un forumeur, pour cause de crime de lèse-majesté. Au lieu de répondre à ses questions. La propagande intensive pro-golog qui a incité de nombreux petits actionnaires à souscrire, et qui a fait leurs pertes, relève-t-elle de la liberté de parole, ou de la liberté de nuisance ? Et comme vous le dites si bien, cette propagande intensive reste, alors que la majorité des messages qui ne vous conviennent pas sont effacés.

De plus, courageux, la plupart des détracteurs utilisent des pseudos. Néanmoins on les reconnaît facilement car ils ne peuvent s’empêcher de se mettre en lumière tamisée, de peur de sombrer dans l’anonymat. Tous utilisent la « vraie-fausse information », permanente, sortie du contexte; c’en est pour eux une jouissance que de s’en servir pour nuire et pour dénoncer.


A propos d’anonymat, match nul. Parce que l’usage de pseudos est répandu sur le Web (l’ignoriez-vous ?), aussi bien vos détracteurs que vos thuriféraires en usent. Quand ce n’est pas vous-même, si l’on en droit en croire les messages postés sous le pseudo de « Golog ». Ceci dit, où est le véritable anonymat ? L’usage admis de pseudos, ou votre absence totale de réponse à des actionnaires qui vous demandent une copie des comptes avant une AG supposée ? Et ce, que les demandes soient adressées à votre siège social, sur votre téléphone portable personnel comme le suggère votre société de domiciliation, ou encore adressées à vos « administratrices bénévoles », ou autres chargés de communication de type Euro RSCG ou autre ? Et malgré toutes les preuves d’actionnariat qui peuvent vous être présentées ? Qui se réfugie derrière l’anonymat ? Vous, ou vos actionnaires ?

D’ailleurs, pour nuire à qui, à quoi et pourquoi ? Et dénoncer pour les intérêts de quelle puissance reconnaissante ?


Si l’on rappelle le fil de votre pensée, les « détracteurs » veulent nuire à quelqu’un. En demandant le strict respect de loi et des statuts de notre société, ceux qui demandent une AG, des comptes, « veulent nuire » ? Ceux qui s’interrogent sur la fausseté de vos annonces, sur leurs pertes versus les plus-values de 7 millions d’euros faites par Happydoo, « veulent nuire » ? Ne serait-il pas légitime de reconnaître à ces personnes JUSTE un minimum de bon sens ? Quand à la notion de « puissance reconnaissante », on ne se souvient pas d’avoir vu Happydoo, actionnaire historique, ayant acquis la majeure partie de ses actions au prix de 0.10 euros, se livrer à la moindre manifestation de reconnaissance vis-à-vis des actionnaires l’ayant racheté entre 3 et 18 euros.


Nuire d’abord au fait d’entreprendre, car il faut bien être courageux aujourd’hui pour tenter d’entreprendre et créer des emplois, d’avoir la légitime ambition de réussir, de construire.


« Nuire au fait d’entreprendre » ? Mais qui veut nuire au fait d’entreprendre ? La quasi-totalité des vos actionnaires et détracteurs sont admiratifs de l’esprit d’entreprise. Qu’ils soient RMIstes avec quelques économies, smicards ou petits employés, cadres, actuels ou ex chefs d’entreprises, rentiers ; quasiment tous ceux qui ont acheté des actions Golog partagent l’idée que savoir entreprendre est une bonne chose. Non, si certains sont critiques, ce n’est pas à cause de la liberté d’entreprendre. C’est plus parce qu’ils considèrent qu’entre une entreprise et ses différents partenaires (actionnaires, salariés, fournisseurs, clients) il doit y avoir un respect de règles morales de base. Oh, des inepties. Du genre : respecter la parole donnée, ne pas promettre tout et n’importe quoi pour se déjuger ensuite. Et faire preuve d’un minimum de respect humain. Et ne pas conduire tous les autres à la perte sous prétexte de satisfaire des besoins personnels.

Nuire aux employés, car tout risque même minime peut conduire dans nos sociétés fragiles et complexes d’aujourd’hui à la disparition de leur travail.


Alors là, vous faites fort ! Puisque vous ne parlez que des « employés », on ne reviendra pas sur le sort des actionnaires à qui vous avez menti, ni sur celui des fournisseurs que vous avez planté, Force Oblige. Parlons donc des « employés ». Quelle est la plus-value de Golog en la matière ? Avez-vous un instant seulement vérifié quelques ratios de base ?
Est-ce que votre taux de turnover ne serait pas un plus élevé que la moyenne ? Et même beaucoup plus élevé ? Est-ce que pour l’immense majorité des employés qui sont partis, les raisons n’étaient pas un désaccord sur des pratiques qu’ils réprouvaient ? Est-ce que pour la majorité de ces salariés, cela ne s’est pas traduit par des procès aux prud’hommes, toujours en cours ou gagnés par ces salariés ?
Qui nuit aux salariés ? Des personnes critiques de vos promesses de Business Plan inatteignables, ou votre politique vis-à-vis de ces salariés qui ont cru à votre discours, et que vous avez « jeté » dès lors qu’ils manifestaient la moindre réticence ? Je sais malheureusement, que au moins l’entre eux ne pourra plus jamais témoigner.

Nuire à l’économie tout simplement, comme une cinquième colonne qui vise à tromper et à trahir sournoisement.

Qui nuit à l’économie ? Des gens de bon sens, révoltés par vos pratiques, votre irrespect total des droits de l’actionnaire, des fournisseurs , vos annonces sans cesse démenties ? Des gens soucieux d’un minimum de confiance sur le Marché Libre ? Qui pensent que sans confiance, d’autres sociétés auront du mal à s’y faire financer ?

Un conseil cependant: soyez au moins un peu plus drôles, le travail est assez difficile comme cela pour que l’on attende de vous plus d’humour pour nous divertir au petit café du matin; mais pour cela il faudrait être inventif, ce n’est pas gagné.


Bon, pour l’humour, je dois reconnaître ; je ne suis pas sûre que moi-même et les autres personnes qui critiquons votre action soyons toujours à la hauteur. Parce que de votre côté, c’est un vrai festival. Sans même parler du nombre de fautes d’orthographe de votre dernier communiqué financier (épiphénomène) , les accumulations de contradictions, d’annonces glorieuses aussitôt démenties avant que d’avoir existées pourraient prêter à rire (Orange ? La subvention Wallonne ? Euro RSCG ? Wind ? Les clauses demandées pour prétendre à la reprise de Adok ? La cession en septembre de la part de Adok ? L’AG annulée sous prétexte de quorum insuffisant ? L’AG toujours remise à une date « ultérieure » ? Votre incapacité depuis dix mois à publier un communiqué avec votre bonne adresse ? Les comptes non publiés ? Les réserves du CAC disant que vos « comptes consolidés » n’étaient pas des « comptes consolidés » ? Les 10 millions d’euros de vente de licences enregistrées en chiffre d’affaires 2008 et payables…ultérieurement en 2009 ou 2010 » ? ). Bref, tout cela est très drôle. Et j’avoue en rire au quotidien. Sauf qu’à plus long terme, dès que je commence à réfléchir, je me dis que à cause de vous, en dehors des actionnaires en pertes, des salariés licenciés, des fournisseurs affectés, une des conséquences tout aussi grave de vos actions, c’est une perte de confiance de beaucoup d’actionnaires dans le marché libre. Alors que pourtant, actuellement, c’était bien un outil de financement dont plusieurs PME prometteuses auraient pu avoir besoin. Et du coup, je ris. Certes. Mais un peu jaune. Pas du rire dont on peut avoir envie au petit café du matin. Dois-je m’en excuser ?
Alors, pour toutes raisons, permettez-moi ne de pas être franchement convaincue par vos leçons de morale.


P.S. Un dernier mot pour en revenir à « l’anonymat des détracteurs » : l’anonymat est tout relatif. Vous n’avez que peu d’actionnaires ne détenant qu’une seule action et qui vous donnent de leurs nouvelles. Dont moi. Mais il est vrai que vous n’avez pas le droit de livrer mes coordonnées en pature aux souteneurs du forum Boursorama ou d’autres, comme cela été déjà fait pour le pseudo Pintovic. Quel que soit le nombre de vos huissiers, cela pourrait m’énerver.

Signé : Deuxtroy

mardi 10 novembre 2009

Une nouvelle pépite pour défiscaliser en photovoltaïque

Depuis le 6 novembre, formidable campagne du publicité sur Internet pour Solabios Holding 2009, une "Holding IR Photovoltaïque", avec émission d'un capital de 4.000.000 euros.

Objectif : défiscalisation (25% des sommes investies), utilisation du capital pour co-développer des projets d'installation de panneaux solaires en toiture, via des sociétés à créer par Solabios Holding 2009 avant le 31 décembre. Exploitation opérationnelle et Présidence de ces PME assurées par Solabios (MLSOA).

Les hics : risques de requalification fiscale si, entre autres, le planning d’investissement avant le 31 décembre 2009 n’est pas tenu, ce qui ferait capoter le BP prévu. Et dans le meilleur des cas, peu de chance de retrouver son capital intact à l'échéance. Entre les frais de souscription (7%), les frais de rémunération opérationnelle de Solabios (4% du CA avec un mini 40.000 euros par projet mis en place), les frais pour fonction de Présidence à la charge des PME à créer, l'attribution de 10% du bénéfice à Solabios à partir de la 4ème année, plus 10% du boni de liquidation à la même Solabios, le boni de liquidation risque fort d'être voisin de zéro, une fois remboursés les emprunts prévus par la société.

Il faut dire que du côté de Solabios, les seuls résultats parus ne sont pas encourageants : à partir d'une mise de fonds de 45.000 euros, après 4 mois d'exercice réel fin 2008, la société affiche certes un résultat positif, mais un bilan délirant : compte de régularisation actif supérieur au chiffre d'affaires, endettement fournisseur représentant 1,5 fois le CA …. capital social de 260.000 euros , constitué des apports de 50.000 euros, et de prélèvement sur les « réserves » pour le solde, soit des fonds propres de 220.000 euros. Avec 10% du flottant introduit sur le ML en mai dernier, à un cours de 9.20 euros (pour un nominal de 0.50 euros et un cours actuel de 15 euros) la société affiche une capitalisation supérieure à 8 M€. Une structure surendettée donc, à la rentabilité pour le moins …aléatoire.

Curieusement, le prospectus d’émission est assez clair sur l’ensemble des risques encourus. Question : combien y aura-t-il de contribuables interessés par une telle défiscalisation, et prêts à y perdre la plus grosse partie de leur capital?

Pour une fois, Nanard Ze Globeur avait dans un premier temps fait part de ses doutes, en octobre dernier, à la lecture d’un post critique paru sur un autre blog. Mais rappelé à l’ordre à par les avocats de Solabios, il a prudemment supprimé le lien vers le blog fautif, et pondu le 6 novembre, date du lancement de la campagne de pub, deux articles « neutres » , le premier intitulé « Comment profiter de la manne du photovoltaïque », le second relayant l’information de Solabios Holding 2009, appelant à lire la notice, et ne mettant en évidence, comme seul point de risque, que celui d’un abandon de l’opération si moins de 50% de l’opération était souscrite……..

Comptes de Solabios SA parus au RCS

Actif Au 31-12-2008
4 mois - EU
Actif immobilisé 120.000
- Actif incorporel 10.000
- Actif corporel 0
- Actif financier 100.000
Actif circulant 2.820.000
- Stocks 0
- Créances 2.260.000
- Disponibilités 560.000
Cpte rég. actif 2.690.000
Total actif 5.620.000

Passif Au 31-12-2008
4 mois - EU
Capitaux propres 220.000
Provisions 0
Dettes 4.190.000
- Financières 0
- Fournisseurs 3.370.000
- Fiscales et sociales 330.000
- Autres dettes 490.000
Cpte rég. passif 1.210.000
Total passif 5.620.000

Compte de résultat Au 31-12-2008
4 mois - EU
Chiffre d'affaires 2.290.000
-Dont export 0
Production 0
Valeur ajoutée 350.000
EBE 170.000
Résultat d'exploitation 170.000
RCAI 160.000
Résultat net 110.000

Effectif moyen non précisé

vendredi 6 novembre 2009

L'AK semble sérieusement compromise


Apparemment, les actionnaires qui ont souscrit à la dernière augmentation de capital commencent à se poser des questions, et au vu des chiffres de la fréquentation de ce site (moyenne de 4,5 visites dans la journée par utilisateur, contre 2 habituellement) on sent une certaine impatience/inquiétude.

Désolé de ne pas pouvoir vous rassurer : les délais d'annonce du résultat de l'AK ont été reportés à plusieurs reprises. Initialement prévue pour mi-août, puis début septembre, puis pour mi à fin septembre, puis pour le 8 octobre, puis pour le 20 octobre, il n'y a toujours aucune annonce. Il a eu des rumeurs officieuses sur le forum Boursorama selon lesquelles l'annonce serait enfin faite entre hier et aujourd'hui, 6 novembre. Mais à 22H30, il est à craindre que le délai ne soit encore reporté. (D'autant plus que le communiqué annonçant le report au 20 octobre du résultat de l'AK a été supprimé du site de Golog France.)

Pour quelles raisons croire que ce délai sera reporté?

Le montant global prévu pour l'AK était de 1,6 millions d'euros. Avec un seuil minimum de 400.000 euros, faute de quoi, l'AK devait être déclarée comme étant en échec. Ici, notre conviction (nous n'en n'avons pas de preuves) est que, compte-tenu du manque de transparence sur les comptes et de la situation de la société, compte-tenu d'estimations sur le nombre et le portefeuille moyen des petits actionnaires, le total des souscriptions avec apport de numéraire ne pouvait être que très faible ; avec un maximum estimé à 150.000 euros, principalement issu d'actionnaires ayant le raisonnement d'abaisser leur PRU. Avec donc un montant nécessitant que FL Collignon complète le montant des sommes investies par une transformation d'une partie de son compte-courant déclaré dans Golog. Et ce, conformément aux déclarations qu'ils avait faites lors de l'AG annulée de juillet.

Or FL Collignon ne l'a pas souhaité. Comme l'indique sa déclaration du 8 octobre disant que la totalité de l'augmentation de capital avait été souscrite en "new cash". D'après nos informations, l'espoir était qu'un intervenant du monde des télécoms, déjà approché pour la reprise des parts de Adok dans Golog Asia, souscrive de façon massive. Les annonces de "problèmes techniques indépendant de la volonté du souscripteur" et les multiples reports tendent à faire penser que Orascom, finalement n'a pas souscrit. Et nous devons avouer notre incompréhension sur une partie du dossier : pourquoi FLC n'a t il pas transformé son compte-courant en souscription? Peur de se déjuger? Impossible, cela ne colle pas avec sa mentalité, d'après tous les témoignages qui nous ont été remontés. Problème technique? En théorie, quelle que soit la valeur et la matérialité de ce compte-courant, rien ne s'y opposait : cela nécessitait juste la constatation de la réalité et de l'exigibilité de ce compte-courant par le Conseil d'administration. Il est vrai que officiellement, il n'y a plus aucun administrateur officiellement en poste dans Golog Holding, comme l'atteste l'extrait du RCS luxembourgeois. Le Commissaire ou le notaire chargés de la constatations de l'AK auraient-ils tiqué devant cette carence? Possible.

L'autre solution était de négocier un financement-relais auprès d'une banque : se faire avancer quelques jours les fonds sur la base du compte-courant, souscrire à l'AK, et rendre la somme à la banque une fois l'opération réalisée. Restait alors en compte les souscriptions des actionnaires ayant viré des fonds sur le compte de ING Banque. Sur ce point, compte-tenu de la situation de trésorerie de Golog, il est plus compréhensible que les banquiers de Golog aient refusé de prendre le risque.

Toujours est-il que les actionnaires ayant souscrit, et virés des fonds, se trouvent pris en otage : pas d'AK cloturée, pas de cotation. Et des fonds immobilisés sans certitude sur leur devenir.


Les délais pour cloturer l'AK, nous l'avons dit, sont dépassés. En prenant l'hypothèse légale la plus permissive, la constatation de l'AK aurait du être matérialisée le 26 octobre (3 mois maximum après la date d'ouverture) au plus tard. Si un jour ou deux de retard pouvait sembler acceptable, le silence radio et les nombreux reports de délais devraient à notre sens alerter les actionnaires.

Dans le même temps, nous avons lu sur Boursorama les témoignages d'une dizaine de personnes témoignant au cours des trois dernières semaines de leur confiance réitérée en FL Collignon. Certaines témoignant de leur confiance totale, d'autres prenant plus de recul. Cela révèle à nos yeux d'un grand souci de ne pas faire échouer l'AK par des propos négatifs. Maintenant, si la confiance n'était plus de mise, nous ne saurions qu'encourager les actionnaires ayant souscrits à préserver leurs droits. (1)

Au minimum, une lettre recommandée à ING Banque demandant soit la preuve de la cloture de l'AK dans les délais légaux, soit la restitution des fonds, nous paraît indispensable. Cela ne préjuge en rien de la suite. Mais pourrait être une initiative nécessaire pour éviter à la Banque de commettre des erreurs par manque de connaissance du dossier et des enjeux.


Nota (1) : Il s'agit purement d'une suggestion, et nous ne sommes pas concernés par la démarche. Nous avons sous les yeux la copie d'une plainte qu'une intervenante contactée pour souscrire à cette AK a déposée début septembre pour tentative d'escroquerie. Si certains d'entre vous manifestent l'envie d'en savoir plus sur l'articulation de la plainte, nous pourrons revenir sur le point.



Iconographie ; Victor Vasarely, Fondation Vasarely, Gordes

Le communiqué de la Mort qui tue


C 'est sorti hier, sur le blog de Golog France :

"
Le partenariat Golog – ICSS
Le travail effectué entre Golog et son partenaire prestigieux ICSS – Deutsch Telekom porte ses fruits par la mise en ligne prochaine d’un opérateur majeur et historique en Europe.
Golog se félicite des excellents rapports professionnels avec ICSS. "


Vous avez bien lu? Et rien compris? Ne vous inquiétez, c'est normal. Le temps que vous compreniez, au moins, vous ne poserez pas des questions cent fois rabachées comme :

- Ils sont où les comptes consolidés et certifiés?
- Il est où le rapport du Commissaire sur les comptes?
- Il est où, le rapport du Commissaire sur les conventions réglementées?
- Cela donne quoi finalement cette AK sursouscrite en new cash mais qu'elle a eu un problème technique indépendant de la volonté de l'investisseur qu'a pas payé?
(Officieusement, le résultat serait annoncé cet après-midi...)
- Et l'AGO, c'est pour quand?
- Ah bon, l'action recotera après l'AGE? Une AGE pour quoi faire? Une autre augmentation de capital peut-être? Et c'est quand l'AGE? Plus tard quand il y aura le temps? Ah bon.
- Vraiment? SFR a nanti judiciairement le fonds de commerce de Golog par erreur? Pour une facture de 334 K€ de 2006 payée "depuis bien longtemps"?
- Pourquoi il n'y a plus aucun lien qui fonctionne sur tous les sites des prestigieux partenaires? (Wind, les 3 opérateurs chinois, Alice...)? Mais si, ces adresses qui prouvaient que Golog était opérationnel en Chine, chez Wind, etc...?
- Et Golog Asia, au fait elle est enfin vendue? Quel est le brillant repreneur qui a racheté les parts de Adok et va se faire un plaisir de payer plein de redevances à Golog?
- Et les 10 M€ de vente de la licence 2008, qui devaient arriver pour le 30 septembre, il y en a eu une partie de versée?
- Les Administrateurs, ils seront nommés quand?


Vous croyez que chez Golog ils ont du temps à répondre à de telles questions? Mais ILS TRAVAILLENT, eux. Alors que vous, vous êtes là, tranquille, en train de surfer sur le net, à chercher des réponses.... On vous l'avait jamais dit, que la compta, c'était du passé? Que seule comptait l'activité de 2010?

En attendant, relisez donc le communiqué à tête reposée, surtout si vous êtes actionnaire...... Cela vous occupera cinq minutes.


Iconographie : collection personnelle Ghoghol

mercredi 4 novembre 2009

Golog ne rassure pas ses actionnaires....



Alors que la majorité des actionnaires de GOLOG attend :

- des comptes consolidés certifiés
- la date de l'Assemblée Générale Ordinaire
- les résultats de l'augmentation de capital
et la recotation du titre ,

Golog multiplie les communiqués, et se moque ouvertement d'eux en publiant le texte "Golog rassure ses actionnaires".

On y apprend quoi, dans ce texte?
- Que Golog a énormément souffert de la crise :
"Golog gagne des marchés et sortira plus forte de la crise économique que nous subissons lourdement depuis septembre 2008"

- Que la cotation reprendra....un jour, mais pas avant la tenue d'une Assemblée Générale Extraordinaire dont la date reste à déterminer. Parce que pour le moment, ce n'est pas la priorité. Pas plus que n'est prioritaire l'idée de tenir une AGO et de présenter les comptes.
"Cette cotation est actuellement suspendue jusqu’à l’issue de notre Assemblée Générale Extraordinaire et reprendra aussitôt après.

Une date sera annoncée très prochainement en fonction du calendrier très chargé de cette fin d’année. Cette Assemblée Générale se fera à Paris afin de faciliter la venue du plus grand nombre."


Et pourquoi une AG Extraordinaire? Pas pour voter une nouvelle AK, quand même?

Quand aux informations attendues sur le montant récolté lors de l'AK, pas un mot. Il paraît, en off, que cela serait pour demain. Parce que demain, chez Golog, on rase gratis.

Et peut-être même qu'après demain Golog aura réussi à débloquer quelques fonds pour louer une salle afin de tenir l'AG....


Iconographie : Fabuleuseamelie.ifrance.org

Golog dément devoir 334.124,11 euros à SFR

Alors que le 30 septembre dernier, le cabinet Brault faisait publier au Tribunal de Nice une inscription de nantissement judiciaire sur le fonds de commerce de Golog France, pour une facture impayée à SFR de plus de 330 K€, Golog a publié hier un démenti, arguant que "pour Golog" la facture était payée "depuis bien longtemps". Et que l'inscription ne résulte que d'une carence de Golog, qui n'aurait pas fourni au Tribunal de Commerce le document de main-levée. Une paille, 334 milliers d'euros. Quand on paye une facture de ce montant (presque une année du chiffre d'affaires de Golog France, tout de même) on pourrait oublier de demander une main-levée?

Et le cabinet Brault a t il redéposé une demande de substitution de nantissement judiciaire juste par hasard, histoire de passer le temps, et sans s'assurer que cette vieille facture était réglée??

Drôle de moeurs quand même dans le milieu des affaires. Allez, on vous laisse vous faire votre propre opinion (et on est curieux de la connaître). Voici ce que disait le texte publié au Greffe:

GOLOG FRANCE
452 669 187 R.C.S. ANTIBES
Adresse : 2000 ROUTE DES LUCIOLES LES ALGORITHMES BATIMENT ARISTOT 06410 BIOT


NANTISSEMENTS DU FONDS DE COMMERCE OU DU FONDS ARTISANAL (CONVENTIONNELS ET JUDICIAIRES)


Ces données sont à jour en date du 28/10/2009

Inscription du 30 septembre 2009 Numéro 22

Montant de la créance : 334 124,11 EUR
Fonds de : ACHAT ET VENTE DE PRESTATIONS DE TELECOMMUNICATION INTERNET
Au profit de : LA SOCIETE FRANCAISE DU RADIOTELEPHONE (SFR) VENANT AUX DROITS D
E LA SOCIETE T ONLINE FRANCE. (P
Election de domicile : CABINET WATRIN BRAULT ASSOCIES (ME NICOLAS BRAULT) 9 RUE DE SONTAY 75116 PARIS
Compléments : CETTE INSCRIPTION JUDICIAIRE DE NANTISSEMENT DE FONDS DE COMMERC E EST REQUISE AU GREFFE DU TRIBUNAL DE COMMERCE D'ANTIBES EN REM PLACEMENT D'UNE INSCRIPTION JUDICIAIRE DEFINITIVE NO 5391 DU 06. 09.2007 PRISE AU GREFFE DU TRIBUNAL DE COMMERCE DE PARIS, SE SUB STITUANT A L'INSCRIPTION JUDICIAIRE PROVISOIRE NO 3945 DU 03.07. 2007, SUITE AU TRANSFERT DU SIEGE SOCIAL DE LA SARL GOLOG FRANCE DU 43 RUE BEAUBOURG 75003 PARIS AU 2000 ROUTE DES LUCIOLES LES ALGORITHMES BATIMENT ARISTOTE A 06410 BIOT.
NUMERO DE L'INSCRIPTION AU GREFFE : 21/2009/22

mardi 3 novembre 2009

Des mises à jour non effectuées


Nous nous sommes rendus compte, à notre grande surprise, de la persistance actuelle d'un ensemble de mises à jours non effectuée au Registre du Commerce et des Sociétés Luxembourgeois, comme l'ont relevé certains observateurs.

Les comptes 2007 n'ont pas été publiés, et la série d'augmentations de capital levées en 2007 et 2008 n'ont pas été retranscrites au dit registre. De la même façon, nous nous rendons comptes que plus aucun des Administrateurs n'est officiellement en charge de la gestion de Golog.

Les comptes 2008, le rapport du Commissaire sur les comptes, et le rapport du Commissaire sur les conventions réglementées 2008 n'ont pas non plus été publiées, puisque non présentées aux actionnaires, ni dans les délais légaux des 6 mois après la clôture, ni depuis.

Enfin, concernant la dernière augmentation de capital, pour laquelle Golog bénéficiait d'une autorisation statutaire jusqu'au 20 octobre 2009, les modalités de conclusion de cette augmentation de capital n'ont pas été publiées. Ce qui au final n'est pas très grave, puisque les statuts correspondants ayant été déposés avec grand retard en 2007 (pour une décision prise en 2004), il n'est pas exclu que Golog puisse bénéficier de délais supplémentaires pour gérer toute AK sans en demander l'autorisation à l'Assemblée Générale.

Enfin, la constation par notaire de la clôture de cette augmentation de capital, qui devait intervenir au plus tard le 26 octobre, n'a toujours pas été diffusée. Mais comme annoncé par Golog, le résultat définitif fera l'objet d'une communication aux actionnaires au plus tard le 21 octobre, en raison d'un incident technique indépendant de la volonté de l'un des actionnaires. Si pour d'autres raisons toujours indépendantes de la volonté de Golog la dernière date limite du 21 ne pouvait être respectée, alors, un nouveau délai serait fixé au 5 novembre 2009.

Pour l'ensemble de ces mises à jour, il semble que les documents appropriés n’aient pas été fournis et transmis correctement à l'administration. Il est vrai que Golog est une société oeuvrant sur des technologies de pointe, qui n'a pas pour vocation première de se livrer à des actes administratifs, aussi obligatoires fussent-ils, ni d'informer dans les délais ses actionnaires.

Les actionnaires qui se sentiraient lésés ont tout loisir pour contacter l'avocat de Golog en vue de rectification éventuelle, ou de porter plainte directement auprès du Tribunal d'arrondissement de Diekirch.



Iconographie : Ghoghol - collection personnelle
Adresse du Tribunal d'Arrondissement : B.P. 164, L-9202 Diekirch