Une erreur est survenue dans ce gadget

lundi 26 septembre 2011

BVD : la lettre de démission d'un administrateur

.
A l'ordre du jour de la prochaine AG de Belvédère, on notera, entre autres points tout aussi importants, tels que le quitus à donner aux administrateurs pour une perte sociale de 25 M€, le remplacement par une dame d'origine polonaise d'un administrateur, Luc Demarre. Voici la lettre de démission de ce dernier, adressée le 8 juillet à Jacques Rouvroy :




Résumé : 1 seul Conseil d'Administration en 8 mois,avec prière d'attendre deux mois de plus malgré les urgences ; aucune information aux administrateurs sur le subit changement de stratégie juridique ; et des "changements d'équilibre" entre rôle accordé au PDG et celui accordé au DDG, "sans que les Administrateurs n'aient été consultés ni même informés".

Il est vrai que cela fait beaucoup. Mais gageons que la nouvelle Administratrice saura se montrer beaucoup plus accommodante. Pour peu qu'elle en ait le temps.

.

8 commentaires:

  1. Les différentes péripéties de cette "affaire" BELVEDERE, entre le déroulement des procédures elles mêmes,les chamailleries du site BOURSORAMA, les analyses présentées sur ce site assorties des commentaires, avec ce que cela laisse supposer de l'implication financière et/ou économique des différents interlocuteurs, forment un feuilleton passionnant à suivre; reflet de la société actuelle ?

    RépondreSupprimer
  2. En quelque sorte. Mais le feuilleton serait nettement plus agréable à suivre à suivre s'il n'y avait à la clé le sort de salariés, dont certains peu qualifiés et avec une grande ancienneté, et donc avec de très maigres possibilités de reclassement dans leur bassin d'emploi.

    Un presque copier-coller du feuilleton loyal-touch. Où, de la même façon, toutes les données ou presque étaient connues au départ. Ce qui n'a pas empêché l'aveuglement des actionnaires, l'impuissance des salariés, et une rafale d'abus de biens sociaux qui étaient prémédités dès l'origine. La loi française n'est pas si bien faite, qui ne permet pas aux créanciers ni aux salariés de lutter contre ces abus de biens sociaux. Les seuls aptes à le faire sont les actionnaires, en élisant un nouveau dirigeant qui saura remettre bon ordre dans le fonctionnement d'une société. Or les actionnaires actuels n'ont semblent-il qu'un objectif : faire des plus-value rapides. Grâce à la volatilité du cours et en attirant quelques pigeons. Ils iront pleurer auprès des l'AMF lorsque l'affaire aura décanté. Et attendront de longues années le résultat d'un procès, si procès ils intentent. Mais cet antagonisme entre activité économique et esprit de lucre à très court terme caricature effectivement d'assez près le fonctionnement de notre société.

    RépondreSupprimer
  3. Hélas pour les salariés et créanciers ..Pour les salariés dont si j'ai bien saisi une part non négligeable est aussi actionnaire de longue date dans les divers restructurations des entreprises filiales de BELVEDERE( politique de rémunération anciennement mise en place) il serait peut être judicieux pour sauver leurs emplois de prendre effectivement les rênes de la direction, le pouvoir en clair au sein de l'entreprise..mais ce type de démarche n'est plus dans l'air du temps..

    RépondreSupprimer
  4. J'ignore si cette information est à jour. Ce qui est certain, c'est que les salariés ne détiennent pas d'actions de Belvédère, si l'on s'en réfère aux derniers comptes parus :

    "Conformément aux dispositions de l’article L. 225-102 du Code de Commerce, nous vous
    indiquons que le personnel de la société et le personnel des sociétés qui lui sont liées au sens de l’article L. 225-180 du Code de Commerce ne détiennent aucune participation dans le capital de la Société au dernier jour de l’exercice, soit le 31 décembre 2009, dans le cadre d’un plan d’épargne entreprise, d’un fond commun de placement d’entreprise et/ou
    directement, au titre de privatisation et/ou de la participation aux résultats, mais seulement
    durant la période d’incessibilité prévue par la loi."

    Par ailleurs, même si certains d'entre eux restaient actionnaires des filiales (ce qui est incertain), ils sont de toutes façons très nettement minoritaires, au vu des % détenus par BVD.

    RépondreSupprimer
  5. Donc effectivement..mais que sont devenues les actions distribuées aux salariés de MARIE BRIZARD et des ex- Chaix Beaucairois (actuelle MONCIGALE)? et qui sont les PP plus ou moins caractériels ( cf forum BOURSORAMA) de BELVEDERE ?

    RépondreSupprimer
  6. Je vois bien les problèmes qui peuvent peser sur les salariés; mais il a été dit dans ce blog que JR aurait quitté ses fonctions avec à la clé une indemnité. En connait-on le montant? Est ce que ce genre d'informations est public (en AG par exemple)? Appartient-il aux pouvoirs de l'AG de fixer ces rémunérations exceptionnelles? Dans une société avec de telles déficits est-ce possible?
    Autant de questions qui se posent et en plus avec JR toujours membre du CA. Et sait-on si les différentes amendes (AMF, Cour de Justice de Londres...) ont été payées? Si oui sur quels fonds? Beaucoup de questions n'est-ce pas?

    RépondreSupprimer
  7. nahema (je te mène en bateau...)27 septembre 2011 à 20:31

    JR aurait-il bénéficié d'un parachute doré?
    Si l’on en croit les données du « Rapport de gestion du conseil d’administration sur les comptes de l’exercice clos le 31 décembre 2006. » :
    (https://balo.journal-officiel.gouv.fr/pdf/2007/0625/200706250709578.pdf)
    Monsieur Jacques Rouvroy :
    1. Mandats :
    — Président du conseil d’administration de la Société L’Abbaye de Talloires;
    — Gérant de Sobieski USA (USA) ;
    — Gérant de la Société Sobieski SARL (France) ;
    — Co-Gérant de Sobieski Dystrybucja (Pologne) ;
    — Co-Gérant de Domain Menada (Pologne) ;
    — Gérant de la Société Financière du Vignoble ;
    — Gérant de la Société Nahéma ;
    — Membre et Président du directoire de la Société MBRI jusqu’à SA transformation en Société par Actions Simplifiée ;
    — Membre du Comité de surveillance de la Société MBRI à compter de la transformation de la Société en Société par Actions Simplifiée ;
    — Président de la Société Les Chais Beaucairois du 24 avril 2006 au 25 octobre 2006 ;
    — Président de la Société William Pitters International du 24 avril 2006 au 25 octobre 2006 ;
    — Administrateur (« director ») de Imperial Brands Inc.
    2. Rémunérations perçues de la Société Belvédère : 123 481 €.
    3. Engagements de toutes natures pris par la Société dû ou susceptibles d’être dû du fait de la cessation ou du changement de fonction : Néant

    Si l’on en croit les données fournies pour l’AG du 27 06 08 (http://www.belvedere.fr/d-com.php?type=&order=&d=145&f=150):
    Monsieur Jacques ROUVROY, Administrateur et Président-Directeur Général :
    1) Mandats :
    − Président du Conseil d’Administration de la Société L’Abbaye de Talloires
    − Gérant de Sobieski USA (USA)
    − Gérant de la Société Sobieski Sarl (France)
    − Co-Gérant de Sobieski Spolka (Pologne)
    − Co-Gérant de Domain Menada (Pologne)
    − Gérant de la Société Financière du Vignoble
    − Gérant de la Société Nahéma Location
    − Président de la Société Vermots
    − Membre du Comité de Surveillance de la Société MBRI à compter de la transformation
    de la Société en Société par Actions Simplifiée
    − Représentant Permanent de Belvédère, Président de la Société MBRI
    − Administrateur (« Director ») de Imperial Brands Inc.
    − Président de la SAS Belved’Air
    39
    2) Rémunérations perçues de la Société Belvédère : 420.000 euros.
    3) Engagements de toutes natures pris par la Société dû ou susceptibles d’être dû du fait de la
    cessation ou du changement de fonction : néant.

    pas de parachute, donc. en revanche, un salaire multiplié par 4. comme les résultats...

    RépondreSupprimer
  8. A "amidusite" : concernant les indemnités auxquelles KT s'est engagé, aucune info ni sur le montant, ni sur la date prévue de versement. S'il a été prévu qu'un versement soit fait par BVD, il faudrait logiquement attendre une autorisation de l'Administrateur Judiciaire. Qui, si l'on en croit son expérience sur Air Littoral, a une conception très extensive des dépenses prioritaires nécessaires à la continuité de gestion des sociétés (http://www.sud-aerien.org/+Air-Littoral-ces-details-qui+ )

    Par ailleurs, en l'absence d'info, rien ne dit que les indemnités évoquées soient à verser par BVD elle-même, ni qu'elles soient payables en cash. Cela peut-être un rachat d'action à un cours avantageux, ou tout autre solution.

    Pour vos autres questions : sur le plan strictement légal, ces sommes, dès lors qu'elles sont attribuées dans des conditions normales (versement de cash), sont portées à la connaissance des actionnaires. Soit avant la conclusion du contrat, soit, le plus fréquemment, après : dans ce cas, on demande simplement aux actionnaires de ratifier ce qu'il est possible d'appeler d'appeler une "convention règlementée'. Dans ce cas, les montants sont connus dès la prochaine AG. Mais dans les faits, les dirigeants considèrent souvent que c'est une rémumération standard, et n'en parlent qu'à l'AG statuant sur les comptes de l'exercice où les sommes ont été perçues. Ce qui peut vouloir dire 2012 ou ultérieurement....

    Est-ce possible dans une société en perte? Si les actionnaires ne s'y opposent pas, ou ne réagissent pas a posteriori, oui : l'exemple du triplement des salaires de JR et KT alors que les pertes s'accumulaient en est un parfait exemple. Et personne n'a moufté lorsque les comptes ont annoncés que "La rémunération fixe du Président-Directeur Général et du Directeur Général Délégué est déterminée par le Conseil d'Administration en fonction de critères objectifs de marché".

    Augmenter les rémunérations proportionnellement aux pertes, c'est en effet un sacré "critère de marché". Mais il ne se passera probablement rien de ce côté-là, puisque les actionnaires applaudissent à deux mains.

    Et je suis prête à parier que la rémunération de EA Skora devrait à son tour augmenter sans qu'aucun actionnaire n'y trouve rien à redire... Démentis bienvenus.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez poster ici vos commentaires, questions ou réactions. Si vous citez des faits, pensez à indiquer vos sources. Merci d'indiquer un nom ou pseudo en choisissant "nom/url" dans la liste déroulante. Le site est modéré.