Une erreur est survenue dans ce gadget

lundi 10 octobre 2011

Technofirst : une nouvelle nominée au blog des paipites

.
J'hésitais depuis longtemps, mais la société Technofirst commence à avoir toutes les caractéristiques requises pour figurer en bonne place sur ce blog :

- des informations, pourtant légales, délivrées à contre-coeur par la société
- une censure sévère sur Boursorama
- des résultats certes bénéficiaires, mais qui masquent mal le recours aux AK, subventions européennes et crédits d'impôt-recherche comme sources majeures de financement, alors que la société prétend avoir une activité industrielle
- des financements utilisés en bonne partie pour racheter les brevets élaborés par son PDG,
- des AK par "apport en nature" pas autorisés par l'AG
- des reportings très brouillons, où le PDG se perd dans les AK déjà effectuées
- et un business plan d'enfer, où le PDG prétend produite à lui tout seul plus de sèche-cheveux que Philips sur le marché français...


Bref, à fuire !
.
.

2 commentaires:

  1. Fais nous qq chose sur artprice, je me pose des questions


    pas de comptes publié, une hausse 1500 du bénéf annoncée, c'est du loyal touch?

    RépondreSupprimer
  2. Artprice, je ne crois pas à l'explosion annoncée, ne serait-ce qu'en raison de contraintes règlementaires. Le décret d'application attendu va probablement exiger un niveau de formation équivalent à celui demandé actuellement aux commissaires-priseurs. TE a t il ces compétences. Si la réponse est non, il devra faire entrer au sein du CA un "étranger". Pas sûr que cela soit compatible avec sa vision du monde.

    D'autre part, même si la société possède des bases de données très fournies, le discours selon lequel il détiendrait un monopole de fait ne tient pas. D'une part, son "brevet" est bien opposable concernant le contenu de ces bases,ET DANS LA MESURE OU ARTPRICE EST REELLEMENT PROPRIETAIRE (ou détient une licence)sur les données correspondantes ; mais les revendications du modèle de données de la base me semblent être du flan complet. Comment raisonner autrement pour de telles bases qu'un modèle faisant intervenir l'artiste, les oeuvres, les clients...? Dès lors que le modèle et les interfaces graphiques développés par d'autres ne sont pas substantiellement les mêmes, l'argument ne tient pas. Et quand au contenu, TE a beau arguer que les chinois sont respectueux des droits de propriété intellectuelle, je n'ai pas la même analyse.

    Concernant les comptes, ils sont bien publiés : je viens de découvrir les comptes du S1 2011, disponibles sur http://serveur.serveur.com/Press_Release/2011_pdf/artprice-rapport-financier-semestriel.pdf

    Les quelques 50 pages décrivant les risques auxquels pourraient être confrontés la société sont assez représentatifs de la personnalité du dirigeant. A noter que la description fleuve des multiples procédures en cours masque quelquefois l'essentiel. Ainsi, i faut être vigilant pour repérer que, dans le conflit qui l'oppose aux 5 sociétés qui l'ont attaqué sur la base de leurs droits d'auteurs sur des catalogues de vente, si les jugements ont dénié à de tels catalogues la qualité d'oeuvres de l'esprit, Artprice semble bel et bien avoir été condamné pour parasitisme, selon les déclarations même de ET.

    Bref, pour une société qui a affiché l'an dernier un bénéfice net de 2 centimes par actions, la valorisation actuelle de 38 euros me semble tout à fait délirante.


    PS : désolée de n'avoir pas répondu plus tôt, je ne reçois plus les commentaires dans ma BAL depuis que j'ai désactivé la modération a priori des commentaires.

    RépondreSupprimer

Vous pouvez poster ici vos commentaires, questions ou réactions. Si vous citez des faits, pensez à indiquer vos sources. Merci d'indiquer un nom ou pseudo en choisissant "nom/url" dans la liste déroulante. Le site est modéré.